IMG-LOGO
Accueil Article Conasysed : « non à l’esclavagisation des enseignants ! »
Société

Conasysed : « non à l’esclavagisation des enseignants ! »

par BITOLI Valérie - 30 Jul 2020, 07:33 340 Vues 0 Commentaires
IMG Louis Patrick Mombo, Délégué général de la Conasysed.

Le rassemblement syndical menace de boycotter l’organisation du baccalauréat et autres concours si dans l’immédiat les vacations des enseignants ne sont pas payées. C’est le sens de la lettre ouverte adressée à Ossouka.

C’est désormais  la guerre ouverte. La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) accuse ouvertement  le gouvernement de pousser les enseignants à la mendicité et à la précarité. D’où la lettre ouverte envoyée  par l’organisation syndicale à  la cheffe du gouvernement, Rose Christiane Ossouka Raponda. 

 

Louis Patrick Mombo (Délégué  général) et les siens indiquent dans cette missive que « dans notre pays, les travailleurs en général, et les enseignants en  particulier sont traités comme des esclaves par notre employeur qu’est le gouvernement. » Sinon, poursuivent-ils,  comment comprendre que chaque année après avoir  pris part à toutes les étapes de l’organisation des examens et concours, les enseignants, pour rentrer en possession de leurs vacations doivent toujours construire un rapport de force avec le gouvernement ? La question a tout son sens alors que cette année les vacations ne sont toujours pas payées aux enseignants. 

 

La Conasysed rappelle à cet effet à Ossouka que le non-paiement des vacations des enseignants par le gouvernement constitue une violation de l’article 78 du statut général de la Fonction publique qui  dispose que « l’agent public a droit, après service fait, à une rémunération ».  Le mutisme du gouvernement sur la question agace.  C’est pourquoi la Conasysed exige désormais de Madame le premier Ministre une implication personnelle, au risque de voir le baccalauréat, les autres examens et concours Technique et professionnel de cette année ne pas avoir lieu.

 

Sur le point relatif à l’indemnité Covid-19, l’organisation syndicale propose qu’elle soit financée à partir des économies réalisées sur les dix milliards  à la suite de l’annulation du CEP et du BEPC. La Conasysed n’omet pas d’exiger la régularisation de toutes  les situations administratives (recrutement, intégration, titularisation, avancement automatique, mise en stage, reclassement après stage), la construction des établissements scolaires, le paiement des rappels solde… La satisfaction de ces points va conditionner  le bon déroulement de la prochaine rentrée scolaire.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires