IMG-LOGO
Accueil Article Conflit homme-faune : La montée au créneau des ressortissants de Mekambo résidant à Libreville
Société

Conflit homme-faune : La montée au créneau des ressortissants de Mekambo résidant à Libreville

IMG Le Collectif appelle à la libération des personnes arrêtées.

Faisant suite aux événements du 25 mai dernier ayant conduit à l'arrestation de plusieurs personnes dont le président du conseil départemental de la Zadié et le maire de la commune de Mekambo, les ressortissants de cette ville, résidant à Libreville, n'ont pas attendu de midi à 14h pour se faire entendre. Au cours d'une déclaration donnée hier,  jeudi 27 mai, ils ont demandé la libération sans condition de toutes les personnes interpellées avant d'en appeler à l'intervention des plus hautes autorités du pays afin de trouver des solutions à ce problème.

 

Par Wilfrid Kombe Nziengui

 

Réunis dans les abords du siège de l'Organisation des Nations Unies (ONU), le collectif des ressortissants de Mekambo est monté au créneau pour condamner la descente et l'utilisation disproportionnée de la force contre les manifestants désarmés. Condamnant cette forme d'abus de pouvoir, le porte-parole du collectif a mis un accent sur l'arrestation des habitants dont le président du conseil départemental, François Félix Dioba et le maire de la commune, Juste Omer Ezona.

 

Après leur arrestation, ces derniers ont été conduits comme des brigands, menottés derrière un pick-up.   C'est donc près d'une cinquantaine de personnes qui ont été arrêtées et transportées manu-militari à Makokou le chef-lieu de la province de l'Ogooué Ivindo. Le collectif ne pouvant rester insensible face à cette situation humiliante, réclame la libération sans condition des personnes interpellées.

 

Aussi, demande-t-il, que cesse le climat de terreur entretenu par les agents des forces de l'ordre venus de Makokou. « Les agents des forces de l'ordre et de sécurité vont jusqu'à casser des domiciles et arrêter les habitants », dénonce le collectif. Craignant le pire, plusieurs jeunes ont déserté la ville pour se réfugier en forêt où ils passent désormais les nuits.

 

«Nous exhortons les pouvoirs publics à engager toutes les démarches  consistant à apporter une solution pérenne à la revendication légitime des populations du département de la Zadié», conclu le porte-parole du collectif des ressortissants de Mekambo résidant à Libreville.

 

 

Partagez:

1 Commentaires

LEMBOUMBOU CYRILE - May 28, 19:25

Mekambo en Etat de siège.


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires