IMG-LOGO
Accueil Article (COVID- 19) Deuxième décès : Georges Mpaga tire à boulets rouges sur le Copil
Société

(COVID- 19) Deuxième décès : Georges Mpaga tire à boulets rouges sur le Copil

par BITOLI Valérie - 23 Apr 2020, 15:16 573 Vues 0 Commentaires
IMG Georges Mpaga, le président du Rolbg, demande que des têtes tombent au sein du Copil.

C’est désormais la guerre ouverte entre les organisations de la société civile et le Copil. Au moment où le pays enregistre un deuxième décès, les OSC demandent que les têtes tombent au sein de ce comité désormais accusé d’incompétence.

Tragique.   Le Copil a annoncé en fin de matinée le deuxième décès dû à la pandémie.  Dans le communiqué publié,  le Comité de surveillance a volontairement évité de donner lidentité du patient décédé en indiquant quil sagissait  juste dun médecin qui a contracté le virus en dehors du cadre professionnel. 

 

Quelques heures après la communication du Copil, la société civile via une communication publiée par  Georges Mpaga  va dévoiler lidentité du patient décédé  tout en remettant en cause la gestion de la crise par le  Copil.  Le président du Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance (Rolbg) indique  que le patient décédé nest autre que  le Dr Tangui Tchantchou.  Pour Georges Mpaga cette mort tragique doit susciter une prise de conscience collective quant à l'ampleur de la pandémie du coronavirus dans notre pays.

 

Plus grave encore, poursuit le responsable du Rolbg, le décès du Dr Tanguy et la montée exponentielle du nombre de personnes contaminées devraient permettre aux autorités de changer de cap, compte tenu l'échec total de la stratégie nationale de riposte contre le coronavirus COVID-19 dirigée par le Premier ministre. Cet échec est la conséquence directe de l'incompétence et de l'amateurisme du COPIL dans toutes ses composantes. Le Premier Ministre ayant échoué à diriger la riposte nationale contre le coronavirus, il devrait tirer les conséquences et rendre son tablier.

 

Georges Mpaga indique en outre, que sur le terrain, la gestion de la crise du  COVID-19 se déroule de manière globalement négative, sectaire et opaque. La maladie continue à progresser et les principaux acteurs de la prévention sont toujours écartés. Plus que jamais, des têtes doivent tomber sinon ce sera l'hécatombe.  «  La société civile, les communautés, les partenaires et l'État doivent absolument se mobiliser pour rompre la chaîne de propagation du COVID 19. C'est
une question existentielle. Le pilotage à vue du COPIL dans sa forme actuelle doit immédiatement être arrêté. La société civile est prête à aider le pays pour inverser la tendance » conclut  Georges Mpaga.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires