IMG-LOGO
Accueil Article Déclaration des avocats : « l’isolement de notre client est assimilable à de la torture »
Politique

Déclaration des avocats : « l’isolement de notre client est assimilable à de la torture »

par BITOLI Valérie - 02 Jan 2020, 12:22 456 Vues 0 Commentaires
IMG BLA cohabite désormais avec les excréments.

A la faveur d’une déclaration, les avocats de Brice Laccruche Aliangah dénoncent les conditions de détention de leur client.

 En coulisses, ses militants et autres supporters ne cachent plus leur colère à l’égard du régime. Mais combien de temps encore les Ajeviens et les autres membres de la galaxie Brice Laccruche Aliangah vont supporter sans rien dire les humiliations infligées  à leur ancien mentor par un  régime qu'ils prétendent toujours soutenir ? Surtout après le communiqué de presse des avocats de BLA, rendu public le 1er janvier dernier.  Me Ange Kevin Nzigou et ses confrères indiquent que depuis la nuit du 13 au 14 décembre 2019, l’ancien DCPR a été immédiatement placé en cellule d’isolement. Ce, alors que la détention  cellulaire est ordinairement réservée aux sanctions disciplinaires en milieu carcéral à la prison de Libreville. Et de façon extraordinaire, l’isolement est affecté aux détenus politiques, poursuivent les avocats.

 

Si pour les avocats «  l’isolement de leur client est  assimilable à de la torture », ils ne manquent pas aussi de porter à l’intention de l’opinion que leur client est  entassé avec deux autres détenus dans une cellule de moins de 9m2 aux murs sales et couverts de moisissure, sans eau, et avec un trou en guise de toilettes, ne garantissant aucune intimité.  Et de rajouter  que : « tout est fait aux yeux des autres, les odeurs, les discussions et l’absence d’aération empêchent de dormir. Il règne dans la cellule une odeur nauséabonde en raison des excréments qui partagent l’espace exigu, sans compter la prolifération des cafards et autres insectes ». Incroyable !

 

Pas de doutes, il y a une volonté d’humilier l’ancien DCPR.

Les avocats de BLA en arrivent à cette conclusion. Sinon, comment expliquer que, dans un milieu carcéral où existe un quartier affecté aux fonctionnaires, y soit admis tout le monde sauf celui qui a occupé la haute fonction de directeur de cabinet du Président de la République ? interroge la défense de BLA.

Conséquence, les avocats appellent le régime, à travers le ministère de la Justice, aux respects des engagements nationaux et internationaux en matière des principes relatifs à l’abolition du régime cellulaire, et par la suite prennent l’opinion à témoin sur les conséquences de ce traitement inhumain. Ce,  alors que leur client souffre une affection dermatologique visible à l’oeil nu et souffre d’une otite dont il a du mal à être soulagé.

 

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires