IMG-LOGO
Accueil Article (Diplomatie) Liban Soleman nommé au Rwanda, l’humiliation au Gabon
Politique

(Diplomatie) Liban Soleman nommé au Rwanda, l’humiliation au Gabon

par BITOLI Valérie - 20 May 2020, 09:33 903 Vues 0 Commentaires
IMG Liban Soleman tourne le dos au Gabon.

La nomination de l’actuel ambassadeur du Gabon en Arabie Saoudite au sein du conseil d’administration du Rwanda Développement Bord soulève une vague d’indignations au pays d’Ali Bongo.

Jamais  le Gabon n’a été aussi humilié que sous les deux mandats d’Ali Bongo.  Alors qu’officiellement il a été nommé au conseil des ministres de mars 2019, Ambassadeur du Gabon en Arabie Saoudite, voilà que le peuple gabonais découvre la nomination de Liban Soleman au conseil d’administration du Rwanda Développement Bord. L’ancien chef de cabinet d’Ali  Bongo  pendant 7 ans, qui a par la suite occupé le poste de Coordinateur du bureau du plan stratégique Gabon émergent, intègre un département gouvernemental dont le rôle consiste à coordonner, stimuler et promouvoir le développement économique du pays de Paul Kagamé, soulignent nos confrères du site en ligne Convergence d’Afrique.

 

La nouvelle a eu l’effet d’une bombe au Gabon. Les réactions d’indignations ont fusé de partout pour condamner non pas la nomination d’un homme qui n’a jamais fasciné  par ses lumières mais  pour dénoncer l’abject attitude d’une personnalité qui n’a même pas eu l’élégance de démissionner ou de refuser officiellement  sa nomination avant d’aller vendre ses services ailleurs.  L’acte n’est pas loin d’être assimilé à  de la trahison envers un pays qui a offert le gîte et le couvert  à  cet ancien collaborateur d’Ali Bongo. 

 

Au point de donner raison à ce qui hier, dans le pays,  n’avaient cessé de dénoncer la nomination au sommet de l’Etat de personnes   aux origines étrangères. Là où le pouvoir voyait en ces critiques un sentiment   de  xénophobie, la clameur populaire  rappelait plutôt le danger de placer à des postes aussi importants des personnes qui pouvaient à n’importe quel moment plier  bagages et se laver de toutes responsabilités. L’avenir a  donné raison au tenant de la seconde thèse.  

 

Liban Soleman qui hier humiliait sur un plateau de télévision Louis Gaston Mayila en l’accusant d’avoir sous Omar Bongo, participé à la situation de sous développement du pays, n’est plus là,  lui même,  pour répondre du marasme du premier mandat d’Ali Bongo.

 

A la présidence de la République gabonaise, on tente de dédramatiser cette affaire en parlant d’intégration africaine dans un organisme qui aide le Rwanda dans sa stratégie de développement.  D’où la nomination dans le même organisme de l’ivoirien, Eric Kacou.    Pas sûr que  ces arguments suffisent  à mettre fin à cette affaire.

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires