IMG-LOGO
Accueil Article Distribution de l’argent de BLA : la liste à polémique dans la diaspora
Politique

Distribution de l’argent de BLA : la liste à polémique dans la diaspora

par BITOLI Valérie - 30 Apr 2020, 16:47 468 Vues 0 Commentaires
IMG BLA a vite compris qu'avec l'argent il pouvait obtenir le reniement de plusieurs Résistants.

La publication d’une liste d’activistes et de résistants qui auraient bénéficié de l’argent de BLA créée une forte polémique au sein de la diaspora.

« Il n’est point de secrets que le temps ne révèle », cette maxime de Jean Racine  sied le mieux à comprendre  la honteuse polémique qui agite actuellement la diaspora gabonaise  autour de l’argent distribué, alors qu’il était directeur de cabinet d’Ali Bongo, par Brice Laccruche Alihanga (BLA).  Pour soit obtenir les faveurs, corrompre ou retourner plusieurs membres de la diaspora engagés dans la lutte pour la libération du pays, BLA a, à coup de millions, arrosé la résistance.  Des émissaires, indique le très controversé Lanlaire, quittèrent le Gabon pour des missions de distribution de fortes sommes d’argent à des pseudos  résistants. Lanlaire à l’époque de cette déclaration reconnaissait avoir reçu sa part.

 

 

Près de trois ans après, alors que BLA croupit à Sans famille,  l’affaire resurgit via la publication d’une liste de personnes qui ont été les bénéficiaires de cet argent sale. Une liste qui n’a jamais été authentifiée mais qui tout de même jette le discrédit sur des personnes qui clament leur sincérité dans l’engagement. C’est le cas de la  présidente du Mouvement Civique du Gabon, Mengué M’Eyaà. Celle qui fut l’une des porte­­ parole de Jean Ping, lors des dernières élections présidentielles, a pondu ce jeudi 30 avril, un communiqué pour récuser les informations mensongères contre sa personne.

 

 

« Il m’est revenu que serait diffusé sur les réseaux sociaux gabonais une liste de noms, dont l’origine est anonyme, sur laquelle figurerait le mien comme étant « bénéficiaire » d’une rente de corruption au milieu d’autres personnes plus ou moins proches de l’opposition gabonaise, et dont, pour certains je ne partage d’ailleurs pas la forme de combat. En effet, je n’accepte pas qu’on puisse accoler mon nom à des individus ayant des accointances avec l’extrême droite française, ou sont complaisants avec le pouvoir russe. Je les combats également avec vigueur. », indique Mengué M’Eyaà.

 

 

Avant d’accuser le régime de Libreville d’être derrière cette cabale. Pour elle, les méthodes du régime et de ses sbires en sont désormais réduites à produire des fakes news tentant de porter atteinte à ma dignité, à mon honnêteté, et à ma sincérité dans le combat en faveur du changement démocratique au Gabon. Je n’ai jamais appartenu de près ou de loin au parti Etat contrairement à beaucoup dans l’opposition. J’ai rejeté à deux reprises les offres du régime d’Omar Bongo. Ce n’est pas aujourd’hui que commencerait la moindre compromission matérielle, morale ou éthique.

 

 Si  Mengué M’Eyaà crie son immaculé ce n’est pas  le cas de plusieurs activistes qui depuis des années ont vendu « leurs âmes au diable ».

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires