IMG-LOGO
Accueil Article Enlèvement : Rinaldi ou l'impossible mission de la justice !
Société

Enlèvement : Rinaldi ou l'impossible mission de la justice !

par BITOLI Valérie - 08 Jul 2020, 16:37 398 Vues 0 Commentaires
IMG Une vue des suspects arrêtés. Mais toujours aucune trace du Petit.

Dans quatre jours, cela va faire huit mois que le petit Rinaldi a disparu. Si certains suspects ont été appréhendés, la justice n’a toujours pas de traces du petit.

Par Wilfrid Kombe Nziengui

 

Le 12 janvier 2020, disparaissait de manière tragique le jeune Rinaldi Abagha, âgé seulement de 5 ans au village Ebbe-Aba, dans le département du Ntem ( province du Woleu-Ntem).  Ce jeune est depuis 7 mois porté disparu à la grande peine et douleur des siens. Ses ravisseurs, qui auront mis toute leur expérience criminogène n'ont pas eu le moindre mal à déporter le garçonnet vers une destination qui du moins  risque de demeurer inconnue. Cependant, le mois dernier, la justice gabonaise a mis la main sur ses ravisseurs présumés. Une première étape déjà connue, qui risque d'en rester là pour la suite de l'enquête. Sur ce chemin sans retour, c'est toute une histoire au destin sombre qui suscite autant d'émois que d'interrogations. Entre  questionnements et tensions, l'impossible mission de la justice noie tous les espoirs de la famille de Rinaldi.

 

Tout a commencé au soir du 12 janvier 2020 au village Ebbe-Aba, lorsque Rinaldi, qui rentrait chez sa mère après un séjour passé chez sa grand-mère, est enlevé à la stupeur des villageois. Ce kidnapping va occasionner des remous au sein des populations de cette bourgade enfouit au confin du Haut-ntem. Pleures, marches, mobilisation par-ci, mobilisation par-là, rien ne va changer le sort du garçonnet. Au contraire, l'absence des traces ne fera qu’à alourdir les doutes des parents sur l'impossible mission de la justice de retrouver leur enfant et de faire éclater toute la vérité.

 

Le 14 juin, 5 individues soupçonnés d'avoir eu un lien direct avec cet enlèvement, vont être arrêtés. Sur la base des témoignages accablants, les autorités judiciaires vont se féliciter de ce coup de filet. Mais qu'en sera-t-il de la suite de l'enquête qui devrait aboutir à retrouver le garçonnet (s'il est encore en vie)  et de mettre aux arrêts, le ou les commanditaires ?

 

Une impossible mission de la justice gabonaise qui a tant montré ses limites sur les précédents cas de disparitions perpétrées dans le pays. En occurrence, celui du lycéen Malata Doumambila, enlevé en avril 2016 à Fougamou, département de Tsamba Magotsi, dans la province de la Ngounié. Le double enlèvement en 2017, de Steeve et Jessy, deux petits garçons de 3 et 4  ans kidnappés à Mokabo, à 18 km de Mouila, dans la même province. Alors que certains ravisseurs ont curieusement trouvé la mort en prison et que les autres continuent de purger leur peine en prison, les commanditaires "connus" semble ne pas être inquiétés par la justice. Ce, malgré la présence des preuves palpables de leurs différentes implications.

 

La justice gabonaise souvent taxée d'être une justice ''aux ordres'' patauge.  

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires