IMG-LOGO
Accueil Article Enlisement de la grève dans les régies financières : Ossouka Raponda envoyée en pompier de service
Economie

Enlisement de la grève dans les régies financières : Ossouka Raponda envoyée en pompier de service

par BITOLI Valérie - 12 Nov 2020, 15:35 444 Vues 0 Commentaires
IMG La réunion à la présidence de la République.

Preuve de l’échec des ministres en charge de ce dossier,  Ali Bongo vient, au sortir d’une réunion donnée hier, mercredi 11 novembre, d’instruire  son premier Ministre, Rose Christiane Ossouka, à prendre  toutes les dispositions nécessaires pour ramener « la sérénité au sein des régies financières et de travailler à l’amélioration de travail des compatriotes ».

 

 

L’instruction donnée au Cheffe du gouvernement sonne comme un profond désaveu de la présidence de la République à l’endroit des ministres Jean Marie Ogandaga (Economie),  Sosthène Ossoungou Ndibangoye ( Budget) et Vincent de Paul Massasa ( Pétrole) directement concernés par le dossier.  Les trois ministres n’ont pu, après les trois de grève de la Fédération des collecteurs des régies financières (Fecorefi), trouver des solutions à cette crise.  A telle enseigne que les ministres jugés arrogants et suffisants ont poussé les partenaires sociaux à se radicaliser.   Ces derniers en sont arrivés à arrêter toutes activités et à exiger une concertation tripartite avec au centre la présidence de la République. 

 

 

Une exigence catégoriquement rejetée par les membres du gouvernement plus enclin à brandir l’argument de la menace, de l’intimidation et même des auditions à la direction générale de recherches (DGR) pour étouffer dans l’œuf  une grève qui met en mal les intérêts de plus hauts cadres dans les administrations des régies financières. Sinon comment expliquer  que les membres du gouvernement ont jusqu’ici refusé  que soient publiés les  audits des primes et des agents qui montrent qu’il y a dans le fichier qui sert de  support de paye des doublons, des personnes fantômes et des sommes astronomiques perçues par plusieurs hauts cadres.  En gros, dénonce la Fecorefi, l’Etat gabonais paye en terme de primes plus qu’il ne devrait.  A cette revendication se greffent celles portant sur la régularisation des situations administratives des agents.

 

Pour marquer leur détermination à aller jusqu’au bout, la Fecorefi a appelé dans son dernier communiqué les agents des mamelles de l’Etat à une grande assemblée générale ce vendredi à l’immeuble Arambo. Reste désormais à savoir si Ossouka Raponda va arriver à deminer cette crise désastreuse pour l'économie du pays.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires