IMG-LOGO
Accueil Article Enseignement en ligne pour les classes d’examen : le Sena émet ses réserves
Société

Enseignement en ligne pour les classes d’examen : le Sena émet ses réserves

par BITOLI Valérie - 17 Apr 2020, 14:56 205 Vues 0 Commentaires
IMG Une vue du bureau du Sena.

Après la Conasysed, le Sena vient lui aussi d’émettre ses réserves quant au lancement des enseignements en ligne à l’endroit des classes d’examen.

Patrick Mouguiama Daouda, l’actuel ministre de l’Education nationale, aura du mal à faire passer la décision relative à la mise en place des enseignements en ligne pour les classes d’examen.  Cette décision a été catégoriquement rejetée par la Conasysed et vient d’être remise en cause par le Syndicat de l’Education nationale (Sena). Le regroupement conduit par Fridolin Mve Messa, a dans un communiqué daté de ce vendredi 17 avril,  relevé plusieurs points rendant pour le moment inopérant l’applicabilité d’une telle décision.  Pour le Sena toutes les familles ne disposent pas d’un poste de télévision,  de Smartphone et de connexion internet à domicile.  

 

Au niveau des établissements scolaire, le syndicat rappelle  que peu d’établissements scolaire utilisent la plateforme XGTS en plus de l’absence d’électricité et de connexion internet dans lesdites structures. Pire, poursuivent Mve Messa et les siens, certains  parents d’élèves, et même d’enseignants ne disposent pas de connaissances en informatique. Tant d’aléas qui fait dire au Sena que les cours  à distance qui sont proposés aux élèves des classes d’examen ne pourraient atteindre les objectifs escomptés au regard des insuffisances relevées.

 

A la vérité, indique le  Sena, l’Etat gabonais est désormais rattrapé par ses propres turpitudes et son manque de réactivité à traduire en acte les recommandations des états généraux de l’Education de 2010, lesdits travaux avaient planifié l’organisation de l’école gabonaise.  Pour le Sena, le réaménagement du calendrier scolaire reste la seule alternative possible après la sortie de cette crise sanitaire.  D’où la demande faite au ministre de lancer dès maintenant une réflexion dans ce sens avec les différentes composantes du secteur.  Tout en réitérant sa préoccupation de voir les vacations des examens de 2019 être payées avant la reprise des cours pour éviter un nouvel arrêt consécutif à un mouvement d’humeur.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires