IMG-LOGO
Accueil Article (Enseignement supérieur) Les doctorants gabonais sollicitent une cinquième année exceptionnelle
Société

(Enseignement supérieur) Les doctorants gabonais sollicitent une cinquième année exceptionnelle

par BITOLI Valérie - 25 May 2020, 09:25 1574 Vues 0 Commentaires
IMG Une vue des doctorants gabonais.

Leurs activités rédactionnelles paralysées, les doctorants Gabonais boursiers en quatrième (4e) année de thèse en France ont introduit, le 28 avril 2020, auprès des autorités du pays une demande de dérogation exceptionnelle de bourse.

La crise sanitaire n’a pas fini de faire des victimes. Désormais elle plonge les doctorants gabonais détenteurs d’une bourse d’étude dans une situation complexe qui peut avoir des conséquences néfastes. Les contrats de financement d’études par l’Etat prennent fin au cours de l’année académique (2019-2020) et du fait de la crise sanitaire, les doctorants n’ont pu boucler les activités rédactionnelles. Impossibilité pour eux d’entreprendre des études de terrain,  de consulter des banques de données et de se déplacer afin de prendre part à des séminaires, colloques et autres journées d’études. 

 

D’ailleurs, conscients de cette réalité, Frédérique Vidal,  la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation de France a, dans un communiqué de presse daté du 23 avril 2020 décider d’autoriser les organismes et établissements qui accueillent des doctorants à prolonger la durée de thèse ainsi que celle du contrat doctoral. Cette prolongation pouvant aller jusqu’à un (1) an, permettra de compenser l’impact des interruptions des travaux de recherche dues à cette crise.

 

Si la décision des autorités françaises  oblige les doctorants gabonais, comme bien d’autres en France, à se réinscrire pour la prochaine année académique 2020-2021, il demeure que ces derniers s’interrogent sur les conditions dans lesquelles ils vont devoir poursuivre cette cinquième année aussi bien au niveau scientifique que social.

 

Fort de cela, le collectif des doctorants a introduit de manière expresse, une demande exceptionnelle de cinquième année de bourse auprès de la présidence de la République, du ministère de l’Enseignement supérieur, celui des Affaires étrangères, de l’Agence nationale des bourses et stages du Gabon et à l’Ambassade du Gabon en France.  Aucune de ces entités n’a donné, pour le moment, une suite favorable à la requête des doctorants.

 

Un silence inquiétant pour les étudiants en thèse. Lesquels rappellent au gouvernement gabonais que la bourse est indispensable pour des raisons administratives et sociales. Au plan administratif, le séjour sur le territoire français pour un étudiant étranger, nécessite l’obtention d’un titre de séjour, soumis à un protocole administratif : être inscrit dans un établissement supérieur et fournir des justificatifs de financement. Au plan social, pour obtenir un logement universitaire ou particulier, il est une fois de plus obligatoire de présenter un justificatif de solvabilité. Au plan scientifique, c’est encore grâce à la bourse que les doctorants parviennent à acheter leurs ouvrages. De ce fait, la bourse constitue un ̎ sésame ̎ qui permet au doctorant de suivre sa formation et de mener ses recherches dans les conditions normales.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires