IMG-LOGO
Accueil Article Gabon-Cameroun : une cinquantaine de porte-chars suspects à la frontière entre les deux pays
Politique

Gabon-Cameroun : une cinquantaine de porte-chars suspects à la frontière entre les deux pays

par BITOLI Valérie - 24 Jul 2020, 08:14 1775 Vues 1 Commentaires
IMG Une vue de Kye-Ossi

Les populations de Kye-Ossi sont actuellement intriguées par l’arraisonnement dans leur village d’un important convoi de porte-chars.

 

Il y en a 49 exactement. Jalousement gardés par des militaires sourcilleux, ces gros porteurs intriguent les habitants de Kye-Ossi, la dernière ville camerounaise située à une trentaine de kilomètres de Bitam. Que peuvent bien transporter ces engins? Mystère et boule de gomme, d'autant que rien ne transparaît des emballages. 

 

Selon nos informations, la cargaison sera acheminée sur Oyem, et de là, des avions militaires se chargeront de la transporter vers Libreville et/ou Franceville.

Comme pour ajouter au mystère, les agents du Cedoc en poste à Meyo-Kyé, côté gabonais, ont été invités par leur hiérarchie à vider les lieux. Ils vont donc devoir laisser la frontière ouverte et rentrer chez eux. Dans le même temps, des bataillons de policiers, vraisemblablement en provenance de Libreville ont été aperçus à Bitam. Il se raconte, dans la capitale départementale que la circulation devrait être interrompue entre Bitam et Oyem, le temps, pour les militaires, de convoyer sans encombre les précieux porte-chars.

 

Que nous cache-t-on? La réponse est sans doute à rechercher dans les grandes manœuvres qui ont cours actuellement pour la conquête-conservation du pouvoir par les mêmes...

Partagez:

1 Commentaires

Zal - Jul 24, 11:03

Bjr,il n y a pas de grands mystères, Bolloré a été chassé du port autonome de Douala,il a perdu son procès,le Cameroun récupère son port et Bolloré déménage pour le Gabon,la terre des sans hommes,le paradis de tous les trafiquants,le seul pays qui accepte de se faire spolié par tous le monde


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires