IMG-LOGO
Accueil Article Grève dans les régies financières : humilié par Nono, Ogandaga va-t-il oser démissionner ?
Economie

Grève dans les régies financières : humilié par Nono, Ogandaga va-t-il oser démissionner ?

par BITOLI Valérie - 03 Sep 2020, 17:39 1475 Vues 0 Commentaires
IMG Ogandaga, la tête des mauvais jours.

Le ministre de l’Economie vient de se faire tancer publiquement par Nourredin Bongo Valentin. Une Humiliation qui, dans un pays sérieux, aurait emmené le membre du gouvernement à rendre son tablier. Mais nous sommes au Gabon !

Il est peu évident qu’il démissionne, même si la tournure du mouvement de grève dans son département ministériel devrait logiquement l’emmener à prendre une décision aussi grave.  Mais, Jean-Marie Ogandaga n’est pas de la race des personnalités politiques à mettre en avant l’attachement des  principes et des convictions aux dépens des intérêts. Même s’il vient de se faire remonter les bretelles par « un simple » collaborateur du président de la République, quand bien même, ce dernier n’est autre que le fils du Chef de l’Etat.

 

D’ailleurs, Nourredin Bongo Valentin, du haut de son poste de Coordinateur général de la présidence de la République  connaît mieux que quiconque le caractère « servile » et « vide » des membres du gouvernement. D’où le fait que dans sa correspondance, devenue virale sur les réseaux sociaux, il ne s’embarrasse pas de protocole  pour donner instruction au ministre de l’Economie et de la Relance de procéder à « l’organisation des négociations avec les partenaires sociaux afin de trouver des solutions définitives sur la problématique de la prime spécifique ».  

 

Avant d’indiquer à Ogandaga qu’il doit au plus vite, de concert avec son collègue du Budget, proposer une grille des primes selon des critères préalablement définis comme la catégorie professionnelle.  Une instruction au ton martial qui fait désormais le bonheur des syndicats, notamment de la Fédération des collecteurs des régies financières (Fecorefi).  En grève, depuis près d’un mois, l’organisation conduite par Sylvain Ombindha Talheywa III, n’a cessé de dénoncer l’arrogance et le mépris affichés par Ogandaga au point de suspendre toute forme de dialogue avec lui. 

 

Comment le ministre jugé suffisant va-t-il  s’y prendre pour renouer le dialogue avec les partenaires sociaux sans avoir à se déculotter ?  La question est posée alors que les syndicats exigent en plus de l’harmonisation de la grille de paiement des primes, la régularisation des situations administratives des agents et la publication des audits effectués sur ces deux points en 2018.  Ogandaga est donc au plus mal !

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires