IMG-LOGO
Accueil Article Grève dans les Transports : Bounda Balonzi obtient un temps mort
Société

Grève dans les Transports : Bounda Balonzi obtient un temps mort

par BITOLI Valérie - 06 Aug 2020, 09:17 75 Vues 0 Commentaires
IMG Le ministre des Transports obtient un sursis.

Après plusieurs rounds de négociations, le ministre des Transports a pu obtenir des partenaires sociaux la suspension de leur mouvement de grève histoire de voir clair dans le fonctionnement des différentes entités.

 

Il n’a pas eu d’autres choix que d’interrompre son séjour à l’intérieur du pays pour regagner illico presto Libreville. Le ministre des Transports ne veut surtout pas que le mouvement de grève déclenché, le lundi 03 août dernier, par le Syndicat des agents du ministère des transports et de l’aviation civile (Samtac) prenne de l’ampleur.  Conséquence, le mardi 04 août dernier, le ministre Armel Bounda Balonzi a convoqué à son cabinet une réunion d’urgence avec les partenaires sociaux. 

 

Si l’initiative du ministre a permis de faire tomber d’un cran la tension, les revendications de Ghislain Malanda et les siens demeurent pendantes sur sa table. Entre autres ; relogement des administrations expulsées de l’interministériel, l’harmonisation des primes dans l’ensemble du ministère, le fonctionnement des directions générales, la visibilité sur les contrats de concession, le paiement des primes…la liste des griefs est longue.  Rapidement une commission mixte dirigée par Mme Obame, conseiller du ministre, chargée des questions de Transports, est mise en place.

 

Dans l’immédiat, indique Ghislain Malanda, les discutions avec le ministre ont permis de trouver une solution au relogement des administrations expulsées.  Un bâtiment dans la zone d’Oloumi a été mis à disposition pour les services du ministère. Le Samtac a par ailleurs dénoncé les inégalités observées dans le traitement et le fonctionnement des différentes directions générales ; « On ne peut pas comprendre que dans un même ministère certaines directions se prévalent d’être des entités productrices et bénéficient des primes largement au-dessus des services centraux qui gèrent leur carrière » fustige Ghislain Malanda.  

 

Les partenaires sociaux demandent donc au ministre de mettre fin à toutes ces disparités au risque de voir la crise se prolongée. Mieux, les partenaires sociaux demandent à Bounda Balonzi de rappeler les différents directeurs généraux à l’ordre eu égard aux mafias en tous genres constatés dans ces entités.   Pour l’heure poursuit, le président du Samtac, nous avons suspendu le mouvement de grève pour donner la possibilité au ministre de trouver des solutions aux  problèmes.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires