IMG-LOGO
Accueil Article Inhumation indigne du Dr Tanguy : Le Copil accuse la maison de pompes funèbres
Société

Inhumation indigne du Dr Tanguy : Le Copil accuse la maison de pompes funèbres

par BITOLI Valérie - 26 Apr 2020, 09:26 2931 Vues 0 Commentaires
IMG Le Copil doit tirer les conséquences de son échec.

Dans sa conférence de presse donnée hier samedi, le Copil reconnaît de graves disfonctionnements dans la gestion de l’inhumation des patients décédés du Covid-19.

Il ne suffit plus dans un communiqué laconique de rejeter la responsabilité de son incompétence, son incurie et son amateurisme dans la gestion de cette crise sanitaire sur une maison des pompes funèbres. Le sens de la responsabilité commande aujourd’hui au Comité de pilotage de tirer toutes les conséquences des graves disfonctionnements en son sein. Lesquels disfonctionnements viennent d’aboutir à l’inhumation indigne du Dr Tanguy Tchantchou.

 

Lors de sa conférence de presse donnée hier samedi, le Dr Patrick Obiang et les siens, ont tenté de s’amender en présentant  leurs regrets et  excuses auprès de la famille du médecin en reconnaissant que l’inhumation au cimetière de Mindoubé n’a pas été conforme aux procédures d’enterrement  des personnes décédées du Covid-19 : « devant la contagiosité de cette maladie, l’inhumation des personnes décédées doit se faire dans les meilleurs délais et dans le strict respect de la dignité humaine », indique le Copil.

 

Avant  de rajouter  qu’aussitôt l’établissement des pompes funèbres en question a été convoqué pour explications et que devant la gravité des faits cet établissement a été suspendu pour non-respect des procédures.  Sauf que les explications du Copil mettent davantage en évidence l’absence d’une coordination de sa part de l’ensemble du processus qui doit encadrer une pareille inhumation. Autrement dit, le Copil avoue qu’il a laissé  une maison des pompes funèbres qui n’a sûrement pas l’ensemble des connaissances et des techniques manipuler le corps, le récupérer à l’hôpital d’instruction des armées d’Akanda, le transporter, et l’enterrer tel un indigent à Mindoubé.  Où étaient donc  les experts, les spécialistes du Copil en charge de donner les bonnes instructions ? Pendant près de 24 heures où étaient Guy Patrick Obiang et son monde ?

 

Comble de la cruauté,  le comité de surveillance  annonce  engager des procédures administratives auprès du ministère de la Justice pour une inhumation digne du médecin avec l’autorisation de la famille.  En français facile, Guy Patrick Obiang est en train de dire qu’ils vont devoir déterrer le corps. Quelle atrocité. 

 

Le Copil  s’enfonce davantage en affirmant que son rôle n’est pas d’apprendre à chacun ce qu’il sait faire mais plutôt de compter sur l’esprit patriotique et le professionnalisme des uns et des autres pour vaincre la pandémie. Soit. Sauf que cette organisation oublie que son job à elle consiste à coordonner  le travail de chaque entité et à veiller à ce que ces tâches soient effectuées conformément  aux protocoles arrêtés et aux objectifs poursuivis. Or, à ce niveau le Copil a lamentablement échoué.

 

Ce qui fait dire à la société civile que le Copil dans sa forme actuelle doit  démissionner à défaut d’être   réaménagé pour  rechercher une meilleure efficacité dans la gestion de cette crise.  Du reste, le comité de surveillance a annoncé 4 nouveaux cas positifs  de contamination à la pandémie. Ce qui porte le bilan à 176 le nombre de personnes déclarées positifs,  30 guéris et 3 décès.

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires