IMG-LOGO
Accueil Article Interview de Thierry Mbom: « Des médecins font des centres de prise en charge, créés par l’Etat, leur propre clinique
Société

Interview de Thierry Mbom: « Des médecins font des centres de prise en charge, créés par l’Etat, leur propre clinique

par BITOLI Valérie - 03 Nov 2020, 08:32 122 Vues 0 Commentaires
IMG Thierry Mbom, leader exécutif sous-régional (CEMAC et CEDEAO) des PVVIH.

Le leader exécutif sous-régional (CEMAC et CEDEAO) de la défense des droits des personnes vivant avec le VIH s’est exprimé sur la situation des malades du Sida en cette période où l’attention des gouvernants n’est tournée que vers la lutte contre la pandémie de la Covid-19.

 

Top Infos Gabon : Quelle est la situation au sein de la Direction générale en charge des personnes vivant avec le VIH ?

Thierry Mbom : Je tiens d’abord à vous remercier au nom de de la coalition des PVVIH au Gabon, dont je suis le représentant dans la sous-région (CEMAC et CEDEAO). Je pourrais dire qu’il y a beaucoup d’avancées. Aujourd’hui, Madame Amissa Briana Bongo Ondimba, n’est plus Directrice générale de la direction de la prévention  du Sida au Gabon. Et Madame Raïssa Inès Ndong Okouye Assapi est suspendue de tout pouvoir et n’est qu’une Directrice échantillon. Elle ne gère plus rien du tout, c’est-à-dire qu’elle a interdiction de faire des réunions avec les médecins, de convoquer des associations de lutte contre le VIH Sida au Gabon. C’est la conséquence du manque de sérieux, et de la gestion catastrophique de la prévention en République gabonaise.

Pour sauver la face eu égard à cette gestion catastrophique, le gouvernement aurait débloqué une somme d’1 milliard de Fcfa en faveur des personnes vivant avec le VIH à la suite de la situation de rupture des antirétroviraux qui s’est produite, il y a de cela quatre (4) mois. Tous les centres actuels sont approvisionnés. Nous pouvons remercier le gouvernement pour cet effort.

 

Comment expliquer des situations récurrentes d’absence de matériel dans les Centres ambulatoires, alors que d’importants moyens sont débloqués ?

Lorsqu’un médecin prête serment, c’est  d’abord pour servir et sauver des vies et non pour participer aux manœuvres visant à faire mourir les malades. Ce n’est malheureusement pas le cas dans notre pays. Des médecins font des centres de prise en charge créés par l’Etat leur propre clinique. Fort de ce constat, nous, leaders syndicaux, nous avons dit : Trop, c’est trop ! Et sur ce, nous convoquons le ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong à prendre ses responsabilités pour des sanctions.

 

Depuis l’arrivée de la pandémie de la Covid-19, des voix s’élèvent au sein de vos rangs, pour dénoncer une sorte d’abandon. Qu’en est-il réellement ?

Nous constatons, en effet, que le gouvernement s’investit plus dans la lutte contre la Covid-19, or, pendant cette période, nous avons enregistré beaucoup de décès des personnes vivant avec le VIH au Gabon. Ce d’autant que les malades du VIH/SIDA sont très vulnérables. La tuberculose et toutes les maladies opportunistes associées à ce virus fragilisent davantage les personnes vivant avec le VIH.

C’est pourquoi nous invitons le gouvernement à faire davantage, pour nous encadrer en cette période de crise sanitaire.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires