IMG-LOGO
Accueil Article Introduction des forces armées dans les domiciles : la porte ouverte à toutes les dérives
Politique

Introduction des forces armées dans les domiciles : la porte ouverte à toutes les dérives

par BITOLI Valérie - 11 Apr 2020, 12:56 1193 Vues 0 Commentaires
IMG Les forces de l'ordre sont-ils capables de faire preuve de responsabilité et de pédagogie?

En indiquant que les forces de l’ordre et de sécurité disposent désormais du droit de faire irruption dans les domiciles, le Premier ministre a soulevé une vague de réactions critiques.

L’article 12 de la Constitution donne en effet la possibilité, dans une situation de crise sanitaire ou de menace imminente, le droit aux forces de défense et de sécurité de s’introduire dans des domiciles privés. 

 

Mais en évoquant cette possibilité, dans la situation de crise sanitaire actuelle liée à la propagation du Covid-19, le Premier ministre, Julien Nkoghé Bekalé ne vient-il  pas d’ouvrir la porte à tous les dérapages dont se rendraient coupables les agents des forces de défense et de sécurité ?  L’application de cette décision ne va t-elle engendrer une crise sécuritaire encore plus grave que la crise sanitaire que l’on tente de combattre ?  Nos forces de défense,  accusées très souvent d’avoir recours à un usage disproportionné de la violence, sont-ils capables de maîtrise, de tempérance et de pédagogie ?   

 

Tant de questions soulevées au moment où la polémique enfle sur la  place publique.  Au point que plusieurs observateurs soupçonnent l’exécutif  de se servir de la crise sanitaire comme prétexte pour imposer dans le pays une sorte de régime dictatorial avec la restriction totale de toutes libertés individuelles.  Ce d’autant plus, que dans sa déclaration donnée le 10 avril à Arambo, le Premier ministre  n’a pas pris la peine de préciser, les circonstances dans lesquelles les forces de défense et de sécurité peuvent faire irruption dans un domicile. 

 

Est-ce pour s’assurer qu’une famille de dix personnes vivant en situation quotidienne de promiscuité se lave les mains et ne se touche pas ? Ou pour veiller à l’application des mesures relatives à l’interdiction d’ouverture des débits de boissons  et lieux de culte dans les foyers ?

 

En évoquant «  le respect des mesures barrières »  Julien Nkoghé  Bekalé a  plutôt  donné l’impression qu’il s’agissait  de la  première éventualité. Ce qui en toute évidence relève du domaine des impossibilités. Il est impossible de poster chaque agent de police dans chaque domicile, 24/24,  pour s’assurer que les personnes qui y vivent respectent les mesures barrières.  Par contre, il est tout à fait admissible de demander aux forces de sécurité  d’intervenir quand un foyer se transforme en débit de boissons ou en lieu de culte  avec attroupement de plusieurs personnes avec le risque de propagation du virus.

 

Plus que jamais des éclaircissements s’imposent au risque d’ouvrir la porte à toutes les dérives.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires