IMG-LOGO
Accueil Article Investigations : Bien qu'en Prison, Bertrand Zibi Abeghe poursuivi jusqu'à son domicile
Investigation

Investigations : Bien qu'en Prison, Bertrand Zibi Abeghe poursuivi jusqu'à son domicile

IMG L'ancien député de Minvoul, Bertrand Zibi Abeghe

Découverte d’une mare de sang dans la cour de la maison, d’un sachet d'amulettes déposé nuitamment, par des inconnus à l'entrée principale du domicile, présence de hiboux dans la maison, mort du chien de garde par empoisonnement, la famille de Bertrand Zibi Abeghe fait l’objet, ces derniers mois, d’attaques mystico-sorcellaires.

 

Par Wilfrid Kombe Nziengui

 

Situé au Roi mage d'Akebé, à Libreville, le domicile de l'ancien député du premier siège de Minvoul, Bertrand Zibi Abeghe, est devenu le lieu choisi où des personnes encore non identifiées posent des actes relevant de la sorcellerie et du mysticisme. Les membres de la famille de l’ancien parlementaire disent vivre un quotidien tumultueux au regard des attaques mystico-sorcellaires dont ils font l'objet. 

 

Dernièrement, alors que la mère de Bertrand Zibi Abeghe se trouvait assise au salon, cette dernière a vu, étrangement, pénétrer un hibou à l’intérieur de la maison. Lequel est allé directement se poser sur le fauteuil où le propriétaire des lieux avait l'habitude de s'asseoir. « Je n'en reviens toujours pas. Ce hiboux  a traversé toute la cour et est rentré au salon et s'est posé sur le fauteuil de Bertrand Zibi Abeghe, alors que j'étais assise dans un autre coin du salon. Vous n'imaginez pas la peur que j’ai eue », raconte la mère de l'ancien député aux reporters de Top Infos Gabon. 

 

Quelques semaines après cet événement, c’est un sachet d'amulettes contenant une bouillard, des feuilles, des tissus de couleur noire et blanche, des coquilles qui avaient été découvertes devant le portail principal de la maison.

 

Pour les membres de la famille, ces amulettes ont été déposées, nuitamment, pendant que toute la maisonnée était endormie. Comme si cela ne suffisait pas, le 09 décembre 2021, à la surprise générale, le chien de garde de la maison va être retrouvé mort. Ce, à la suite d’un empoisonnement.

 

« Ce jour-là, nous étions tous à la maison avec les enfants. Nous avons entendu le chien aboyer avec insistance. Ensuite, il est venu un moment. Il courait de partout, comme s'il avait mangé du piment.  En vérifiant à la cour, nous avons constaté qu'il avait mangé du poisson qu'un individu lui avait balancé de l'extérieur. Nous avons aussitôt appelé le vétérinaire. Mais lorsque nous lui avons expliqué comment le chien se comportait, il nous a fait comprendre que le chien venait sûrement de manger du poison et qu'il devrait mourir dans les trente (30) minutes qui allaient suivre. Effectivement, il est mort par la suite », relate la mère de Bertrand Zibi Abeghe. Avant de poursuivre : « Ce n'est pas tout. Le 24 décembre dernier, nous avons découvert une mare de sang qui partait de l'arrière de la maison jusqu'à la fenêtre de la chambre de Bertrand Zibi Abeghe. Nous ne savons pas comment ces gens ont fait pour s'introduire dans la maison.  

 

Mais nous sommes quotidiennement attaqués ». Les attaques ne s’arrêtent pas là, puisque les membres de la famille, qui disent désormais craindre pour leurs vies respectives, affirment recevoir des coups de fil de personnes anonymes.

 

Ces personnes menacent de mort les membres de la famille. Des gens tapis dans l’ombre ne veulent pas de sa liberté Questions : qui en veut à Bertrand Zibi Abeghe, au point de s’en prendre à sa famille ?  

La libération, dans quelques mois, de l'ex-député de Minvoul est-elle la raison de ces attaques mystico-sorcellaires et des intimidations qui s’ensuivent ? Pour rappel, Bertrand Zibi Abeghe a été condamné à six (6) années de prison ferme et dix (10) millions de Fcfa de dommages-intérêts pour détention illégale d’arme à feu, incitation aux violences et voie de fait.

 

Zibi Abeghe avait fait appel du jugement rendu par la Cour d’appel auprès de la Cour de cassation. Mais, dans l’opinion, tout le monde avait vite compris que cette condamnation visait à maintenir celui qui avait démissionné avec fracas du PDG en prison. Pas de doute, il y a dehors des gens qui craignent que Zibi Abeghe recouvre la liberté.

 

Partagez:

Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires