IMG-LOGO
Accueil Article Les agents licenciés de la Snls assiègent les locaux de la SNI
Société

Les agents licenciés de la Snls assiègent les locaux de la SNI

par BITOLI Valérie - 06 Jul 2020, 15:34 168 Vues 0 Commentaires
IMG Le Dg de la Sni acculé par les agents licenciés de la Snls.

Les ex agents de la Snls ont assiégé ce matin les locaux de la Sni pour exiger le paiement sans conditions de leurs droits.

Ils viennent  de passer à la vitesse supérieure. Plus d’une trentaine d’agents licenciés de la Société nationale du logement sociale (Snls) ont entrepris dès ce lundi matin une opération de sit-in au siège de la société nationale immobilière  (SNI). Pour cela, ils ont érigé des tentes   au parking de la structure dirigée par  Hermann Kamonomono afin de pousser ce dernier et l’ensemble de la direction de la SNI à régler dans l’immédiat les 400 millions de Fcfa liés au paiement de leurs droits sociaux.   

 

Cette levée de bouclier est en outre la conséquence de l’échec des négociations  entre les différents partis. Le 30 juin dernier, les anciens  agents de la SNLS lassés d’attendre dans leurs domiciles la résolution d’une situation qui perdure n’ont pas hésité à prendre d’assaut   les locaux de la SNI pour exiger le paiement de leurs droits.  Hermann Kamonomono a, à la suite de cette intrusion, convoqué d’urgence une réunion  visant à apaiser les tensions. Sauf que le Dg de la SNI (entité qui a absorbée la Snls) n’est pas passé par quatre chemins pour dire que la SNI ne disposait pas de moyens financiers pour régler  les droits.

 

Ainsi, le directeur général  va proposer deux alternatives aux agents déflatés, la première se muer en agents commerciaux  pour la vente de parcelles et la seconde consiste pour ces agents à  convertir leur dette en parcelles. Sauf que les deux propositions ne sont pour l’instant  qu’au stade de la parole. « Il n’y aucun engagement écrit  en même de nous donner des garanties », fait remarquer les agents dans le courrier envoyé à la direction le 02 juillet dernier.

 

Pire, le collectif des agents estime que  le Dg de la SNI  tourne en rond et cherche à gagner du temps : «  Nous l’avons interpellé par plusieurs correspondances sans qu’il ne réagisse. Pire au lieu de trouver des solutions à nos problèmes, il nous répond avec dédain et arrogance qu’il ne dispose pas d’argent dans les caisses pour régler la situation. Comme si nous demandions l’aumône alors qu’il s’agit simplement du paiement de nos droits après avoir été licenciés » soulignent-ils. Hermann Kamonomono est désormais sous haute pression.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires