IMG-LOGO
Accueil Article Lutte contre le racket : Une diversion de plus !
Société

Lutte contre le racket : Une diversion de plus !

par BITOLI Valérie - 24 Dec 2020, 15:05 253 Vues 0 Commentaires
IMG Le Commandant en Chef de la Gendarmerie lance une opération très critiquée.

L’annonce du Commandant en Chef de la gendarmerie pourrait prêter à sourire, voire à se tordre de rire. Malheureusement, il y est question d’un phénomène à l’impact social considérable dans notre pays : le racket. C’est un véritable cancer, qui ronge la société gabonaise des orteils à la tête, et cela, au vu et au su de tout le monde. Aussi, quand le généralissime de brigade Yves Barassouaga pond une  note indiquant des mesures répressives avant de faire annoncer en plus la mise en place d’un numéro vert, cela ressemble, au mieux, à de l’enfumage, au pire, à une vaste fumisterie.

 

 Quoi qu’il en soit, nul n’ignore qu’à cause du racket et des contrôles intempestifs opérés par des  gendarmes sur nos routes, le coût du transport a significativement augmenté, les taximen et autres clandomen n’ayant d’autre choix que de faire supporter ces taxes illégales aux usagers. Voilà pour les faits ! Tout le reste n’est que distraction. La preuve, aucune communication officielle n’a jamais été faite sur les résultats obtenus par nos vaillants soldats sur le terrain.

 

 Le général de brigade Yves Barassouaga, au lieu de nous sortir une note aux allures d’aveu d’échec, devrait plutôt rendre public le bilan de tous ces milliers de contrôles routiers effectués par ses hommes sur l’étendue du territoire. Combien de bandits arrêtés ? Quelle est à la fois la nature et la quantité des produits de contrebande saisis ?

 

De plus, ce qui est assez paradoxal dans cette histoire, c’est que le nombre de contrôles et barrages routiers est inversement proportionnel à la montée de l’insécurité dans nos villes et quartiers. Notons, au passage, que dans son message, le général de brigade Yves Barassouaga oublie de tancer les gendarmes, qui, la nuit tombée, se transforment en chauffeurs de clandos, pour transporter les citoyens indisciplinés qui circulent après l’heure du couvre-feu. Bel exemple de civisme !

 

Pour conclure provisoirement sur ce sujet d’importance, nous allons nous permettre de faire une proposition au grand général. Vous pourriez, s’il vous plaît, songer à imposer à vos gendarmes de porter, comme dans les pays normaux, une plaque d’identification comportant le nom, le grade et le matricule de l’agent. Cela n’éradiquera pas totalement les militaires véreux, mais ce sera déjà une avancée significative.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires