IMG-LOGO
Accueil Article Mafia des cartes grises et des immatriculations à la DGTT : La Coordination des entreprises dénonce !
Société

Mafia des cartes grises et des immatriculations à la DGTT : La Coordination des entreprises dénonce !

par BITOLI Valérie - 03 Aug 2020, 16:24 257 Vues 0 Commentaires
IMG Marcos Nzué, au centre, fustige l'absence de sanctions.

A la faveur d’une déclaration de presse, la Coordination des entreprises du secteur sécurité est montée au créneau pour dénoncer les malversations à la DGTT.

Dans un pays sérieux, il y a longtemps, au regard des malversations qui ont lieu dans  cette direction, qu’elle aurait été fermée et ses principaux dirigeants débarqués. Mais nous sommes au Gabon, temple des mafias en tout genre, royaume de l’impunité.  Conséquence, en dépit des rapports de la Cour des comptes et des dénonciations des structures syndicales, les malversations se poursuivent à la Direction générale des transports terrestres (DGTT), dirigée par Anatole Kabounou.

 

Lors d’une déclaration de presse organisée le vendredi 31 juillet dernier, la Coordination des entreprises du secteur sécurité dans les transports est, à son tour, montée au créneau pour dénoncer la  prolifération de vrais-fausses cartes grises et des plaques d’immatriculation.  Le Secrétaire permanent de la Coordination, Marcos Zué Méyé Eyéné, indique ne pas comprendre qu'en 2020, avec toute la technologie qui existe désormais en matière de partage d'informations nous assistons à l'édition de doublons dans les immatriculations.

 

« Lorsque Anatole Kabounou a pris ses fonctions en septembre 2017, son ambition était de mettre un terme à l'édition de documents controversés. C'est-à-dire arrêter la prolifération de vrais-faux documents de transports. Aujourd'hui force est de constater que ce compatriote fait maintenant dans la préservation de ses intérêts et ceux d'un petit groupe d'individus qui s'enrichissent sur le dos de l'État et du contribuable »  dégaine Marcos Zué Eyéné.

 

Avant de rajouter : «  Lorsqu'une même immatriculation est attribuée à deux véhicules différents n'est-ce pas une source d'insécurité publique ? Lorsqu'une immatriculation certifiée se retrouve sur une carte grise éditée dans un domicile, n'est-ce pas là une source d'insécurité publique ? Lorsque le centre de contrôle technique Autobilan Agréé fabrique une plaque d'immatriculation diplomatique et la pause sur un véhicule qui devrait bénéficier d'une immatriculation temporaire, n'est-ce pas là une source d'insécurité publique ? A qui profite ce déferlement de faux dans l'édition de cartes grises et de fabrication de plaques d'immatriculation douteuses ? »

 

 En tout  cas, pas aux caisses de l’Etat ou  au ministère des Transports qui tombe progressivement en désuétude.  Bounda Balonzi on fait comment maintenant ?

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires