IMG-LOGO
Accueil Article Malversations aux Eaux et forêts : L'administration « Lee White » épinglée !
Société

Malversations aux Eaux et forêts : L'administration « Lee White » épinglée !

par BITOLI Valérie - 16 Dec 2020, 18:50 418 Vues 0 Commentaires
IMG Lee White va-t-il tirer les conséquences de ces malversations ?

 

C’est sans doute un des plus puissants réseaux de blanchiment de bois que la Direction générale des recherches de la Gendarmerie nationale et les brigades territoriales sont en train de démanteler aux Eaux et Forêts sous la diligence du Commandant en chef de la Gendarmerie nationale. Depuis deux semaines, les équipes de gendarmes sont à pied d'œuvre, pour neutraliser tous les acteurs, qui ont pris une part active dans ce vaste réseau de vol de bois mis en place par les hommes de Lee White, en tête desquels Ghislain Moussavou, le directeur général des Forêts, et le Conseiller juridique du ministre Lee White.

 

Le 07 décembre dernier, la directrice provinciale du Moyen-Ogooué, Nadège Edeme Ndong, a été interpellée. Quelques jours plus tard, ce sont trois de ses collaborateurs, Clément Mbazibadi, Ismaël Mabika et Paul Idriss qui seront à leur tour dans les mailles de la Gendarmerie nationale. Mais bien avant, trois autres arrestations ont eu lieu, le 09 décembre dernier. Le directeur général des forêts, Ghislain Moussavou, le conseiller juridique du ministre Lee White, Jean-Richard Nze Ndong, et Franck Kokolo (forestier) sont à leur tour auditionnés par la DGR.

 

A en croire une source judiciaire, Nadège Edeme Ndong a été mise aux arrêts à la suite d’un scandale de vente illicite du bois dans plusieurs parcs de la province du Moyen-Ogooué. Alors que certains jeunes exploitants Gabonais sont, depuis deux ans, interdits d'exercer, la directrice provinciale va se rendre coupable d'une fausse expertise, afin de procéder illégalement à la vente des essences abandonnées dans plusieurs parcs de la localité au grand bénéfice des opérateurs économiques chinois

Ce réseau, qui s'étend sur l'ensemble du territoire, est animé sur le terrain par les directeurs provinciaux et les chefs de cantonnement. Le travail de ce réseau consistait à saisir le bois des forestiers jugés indélicats et le transférer dans une usine pour le transformer et le revendre ensuite sous la forme d'appels d'offres ou par entente directe. L'acquéreur de ce bois pouvait même le transporter sans bordereau, du moment qu'il avait le soutien des hauts responsables du ministère.

 

Suspectés d'être à la tête d'une grande mafia

 

Il est reproché à Ghislain Moussavou, le directeur général des forêts des mêmes faits dans un dossier de vente illicite du bois à Mitzic, dans le département de l'Okano, province du Woleu-Ntem. Ce dernier et deux de ses collaborateurs sont également suspectés d'être à la tête d'une grande mafia trempée dans l'attribution frauduleuse des permis forestiers à des ressortissants Chinois et à Olam. « Au ministère des Eaux et forêts, c'est la panique, certains cadres et les membres du cabinet du ministre Lee White ont été cités ».

Les enquêteurs vont également se déporter du côté de Mitzic pour procéder à des vérifications sur la base des dénonciations faites par le président du Collectif des forestiers et industriels du Gabon, Monsieur Emmanuel Nkoulou. De ce côté également, le scénario est le même qu'à Lambaréné.

 

Des volumes de bois exploités par des forestiers nationaux de la société CEF sont saisis par l'administration locale des Eaux et forêts et évacués par des exploitants Chinois sans bordereau, pour être stockés dans l'usine SOLIGA à Mitzic. En interrogeant ces Chinois, ils répondent qu'ils ont bénéficié du soutien du DGF Ghislain Moussavou.

 

A Lalara le spectacle est le même que celui de Mitzic et Lambarené. De nombreux volumes de bois ont été détournés par les sociétés GIB, HPB, ROUGE DE L'EST et ont été transportés avec des bordereaux de la forêt communautaire de laboka.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires