IMG-LOGO
Accueil Article Marcel Libama interdit de quitter le territoire
Politique

Marcel Libama interdit de quitter le territoire

par BITOLI Valérie - 19 Jan 2020, 19:45 962 Vues 0 Commentaires
IMG Marcel Libama

En se rendant à 18 heures à l’aéroport de Libreville, le membre de la société civile s’est vu signifier une interdiction de sortie du territoire.

Il est  18 heures 15 mn quand sur sa page Facebook, Marcel Libama poste ce message : « je viens d'être, pour une énième fois, empêché par  la Haute autorité de surêté de quitter le territoire en raison de la plainte que nous avons initiée contre le Prince  Consort. » Le membre  de la société civile fait allusion en parlant de « Prince Consort » à Nourredin Valentin  Bongo. 

Pour en savoir plus, la rédaction de Top Infos Gabon  joint dans un premier temps Georges Mpaga. Le président Réseau des organisations libre pour la bonne gouvernance (Rolbg), très proche de Marcel Libama, confirme l’information, tout indiquant une rapide mobilisation des membres de la société  civile auprès du concerné. Moins d’une heure plus tard, nous parvenons à joindre  Libama qui confirme l’information tout en relevant qu’il se rendait au Congo-Brazzaville pour un séminaire de formation dans le cadre de ses activités de la société civile. «  C’est au dernier post de contrôle que les agents m’ont signifié cette interdiction. Avant mon arrivée à l’aéroport je n’avais reçu aucune notification se rapportant à cette interdiction », souligne-t-il. 

 

La même interdiction, d’après Libama, vaut aussi pour  Jean Rémy Yama (Dynamique unitaire), Gislain Malanda (Mouvement sauvons la République)  et Georges Mpaga (Rolbg). Lesquels ont, le 13 janvier dernier, porté plainte contre le fils du président pour les faits de corruption active, corruption d’agent public et étranger, blanchiment de capitaux, détournement de deniers publics et biens mal acquis.   En initiant cette plainte aussi bien au parquet de la République qu’auprès de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (Cnlcei) et l’Agence nationale d’investigation financière (Anif), les membres de la société souhaitent que les instances judiciaires ouvrent des enquêtes sur les moyens par lesquels,  Nourredin Bongo s’est enrichi aussi vite.

 

Réponse du berger à la bergère,  Nourredin Bongo  Valentin  à travers ses avocats initiait une contre plainte pour diffamation.  Le porte-parole de la présidence de la République, Jessie Ella Ekogha parlait quant à lui d’une plainte de la société civile qui n’était fondé sur aucun élément de preuve. 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires