IMG-LOGO
Accueil Article Présentation des vœux à Ali Bongo par visioconférence et le spectre de la vacance de pouvoir
Politique

Présentation des vœux à Ali Bongo par visioconférence et le spectre de la vacance de pouvoir

par BITOLI Valérie - 04 Jan 2021, 11:25 846 Vues 0 Commentaires
IMG La présentation des voeux par visioconférence suscite la polémique.

 

« Rien qu'en essayant de visualiser la scène j'ai honte à la place de ces larbins. Des pères et mères de familles vont se lever un matin, revêtir leurs plus beaux costumes et se réunir dans une salle de la présidence pour souhaiter les meilleurs vœux à quelqu'un qui n'est même pas là.  (…) Ils sont vraiment décidés à plonger ce pays dans les profondeurs du ridicule. » C’est la réaction d’un internaute à la lecture du communiqué rendu public, le 03 janvier  2021, par le Conseiller spécial du président de la République, Chef du Département Protocole d’Etat, François Epouta. 

 

Le communiqué faisant état de la présentation des vœux à Ali Bongo par visioconférence, les 05 et 06 janvier suscite une vive polémique.  Si au Palais l’on a vite fait d’évoquer des dispositions prises  en lien avec la Covid-19, dans l’opinion plusieurs voix évoquent   un aménagement consécutif à l’état de santé d’Ali Bongo. Ce d’autant que depuis l’accident vasculaire cérébral du Chef de l’Etat  à Ryad, ses sorties publiques et les rencontres avec les forces vives de la Nation ont été réduites au strict minimum à défaut de n’avoir pas lieu. 

 

Beaucoup ont d’ailleurs trouvé étrange qu’Ali Bongo n’ait  daigné effectuer le déplacement devant les chambres du parlement réunies en Congrès, le 29 décembre dernier, pour défendre la modification de la Constitution alors qu’en septembre 2012 et en  juin 2016,  il s’était plié à cet exercice pour expliquer aux élus du peuple sa vision dans la gouvernance du pays.  Pire, le numéro un gabonais n'a pas abordé la question de la modification de la constitution dans son discours de présentation de  voeux donnant l'impression d'un évènement banal alors que la question agite les débats.  

 

Ne parlons pas de nombreuses  absences du Chef de l’Etat à  l’extérieur du pays lors des sommets et autres grandes rencontres. Depuis au moins deux ans, le Gabon n’est plus représenté que par le Premier ministre et les présidents des institutions à ces importants rendez-vous.   

 

Il n’en fallait pas plus, pour qu’en ce début d’année,  soit relancée la question de la vacance du pouvoir au sommet de l’Etat.  L’opposition  et la société civile libre ne cessent d’appeler, les institutions de la République à prendre leurs responsabilités en sifflant la fin d’une «  comédie » qui n’a que trop durée.  

                                                              

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires