IMG-LOGO
Accueil Article (Scorpion) Les avocats de Justin Ndoundangoye dénoncent des poursuites politiques déguisées
Politique

(Scorpion) Les avocats de Justin Ndoundangoye dénoncent des poursuites politiques déguisées

par BITOLI Valérie - 06 May 2020, 13:50 728 Vues 0 Commentaires
IMG Justin Ndoundangoye ne cesse de fustiger une opération politique contre sa personne.

Dans une déclaration rendue publique le mardi 05 mai, les avocats dans l’ancien ministre Justin Ndoundangoye montent au créneau pour condamner les entorses juridico-administratives qui entourent l’incarcération de leur client.

Ils n’en démordent pas.  Les avocats de Justin Ndoundangoye viennent, à l’occasion d’une  énième déclaration de presse, de fustiger  toutes les incongruités juridico-administratives dans le dossier de leur client.   Me (s) Cédric Maguisset, Calvin Jacob et Ruffin Nkoulou Ondo indiquent qu’à travers plusieurs correspondances depuis le mois de février, ils ont eu à solliciter Madame le juge d’instruction spécialisé afin non seulement qu’elle communique le dossier d’accusation mais en plus qu’elle organise des confrontations entre les personnes qui ont prétendument accusé leur client et ce dernier.

 

 

Pour toute réponse, le juge va estimer que la confrontation est pour le moment prématurée. Une réponse qui a fait sursauter les avocats qui ne comprennent que le juge indique inopportun la confrontation entres les dénonciateurs et l’accusé mais s’est plutôt précipité à placer sous mandat de dépôt leur client.  Une détention préventive qui du reste n’a pas respectée la procédure de la levée de l’immunité  parlementaire.  Ce qui fait dire aux avocats, que cette opération s’apparente inéluctablement  à des poursuites politiques déguisées à l’aide de procédures échafaudées grossièrement.

 

Pour preuve, même la saisine de la présidente de la Cour constitutionnelle par les avocats aux fins de faire constater toutes les violations dans la levée de l’immunité parlementaire s’est heurtée au silence de Marie Madeleine Mborantsuo. Le même silence a été observé par le président de l’Assemblée nationale,  Faustin Boukoubi. Or, indiquent les avocats,  nous ne cessons de faire remarquer que les habitants du deuxième siège de la commune de Franceville sont privés d’un représentant à l’Assemblée nationale. Le suppléant ne pouvant siéger qu’en cas de nomination du titulaire au gouvernement  ou en cas de décès,  rien n’étant prévu en cas de déplacement ou de détention préventive.

 

 

Le refus des autorités gabonaises de répondre à ces saisines a emmené les avocats à saisir les juridictions régionales et internationales compétentes pour faire cesser ces manquements. En   attendant les réponses de la Commission Africaine des droits de l’homme, du Comité des droits de l’homme des parlementaires de l’union interparlementaire, du Groupe de travail sur les détentions arbitraire, les avocats soulignent que « ces bricolages procéduraux, parfaitement incongrus, représentent une atteinte extrême pour la démocratie gabonaise ».

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires