IMG-LOGO
Accueil Article Pédophilie dans le football : Pierre Alain Mounguengui vers une inculpation ?
Sport

Pédophilie dans le football : Pierre Alain Mounguengui vers une inculpation ?

IMG Pierre Alain Mounguengui, président de la Fegafoot.

Les événements s’enchaînent et donnent l’impression que Pierre Alain Mounguengui serait dans le collimateur de la justice dans l’affaire d’actes de pédophilie dans le football.  

 

Quelques heures seulement après sa réélection à la tête de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) et son refus d’être nommé inspecteur des services  au ministère des Sports lors du dernier Conseil des ministres, Pierre Alain Mounguengui risque dans les heures à venir d’être convoqué et auditionné  par  la direction générale des contre-ingérences et de la police militaire couramment appelée (B2), révèlent nos confrères  de Club Sport+.    

 

Le média sportif bien introduit  à  la Fegafoot indique, en outre, que cette audition serait, à la vérité,  la matérialisation d’un  complot visant à écarter Mounguengui de la tête de la Fégafoot. Pour y arriver ses détracteurs  ont, semble-t-il,  décidé de se servir d’une affaire dans laquelle le président de la Fegafoot est accusé d’avoir volontairement fermé les yeux  alors que de nombreux encadreurs et anciens internationaux ont eu à le saisir pour dénoncer les actes  d’abus sexuels sur des joueurs. Ce fut notamment le cas de Parfait Ndong. L’ancien footballeur gabonais avait ouvertement rappelé, lors du déclenchement de cette affaire, que le président de la Fégafoot était au courant des agissements des auteurs de ces actes abjects sur les « enfants ».

 

Des accusations battues en brèche par  les soutiens de Mounguengui lesquels indiquent que   les affaires de pédophilie n’ont pas commencé sous le magistère de Pierre Alain.  « Si l’on ouvre un procès à l’encontre de Mounguengui il faudra aussi le faire pour Placide Dieudonné Engandzas ou Léon Ababe. Sans omettre les différents ministre des Sports », peste un membre de la fédération. La preuve que cette affaire n’est pas si simple que ça.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires